Velours et dentelle

Le velours et la dentelle sont deux matières que j’affectionne, et comme j’adore le bordeaux, forcément, je ne pouvais dire non à cette robe de chez Sartorial Matters… J’ai perdu les infos la concernant, mais je pense qu’elle date des années 60. Ce n’est pas une robe fourreau comme on pourrait le penser, car en fait la jupe est assez large même si elle suit une ligne en sablier.

il_fullxfull.1640215922_8vhh

Robe portée à la foire du livre de Bruxelles :

52582505_bis

J’ai refais une photo où j’ai l’air plus réveillée…

IMG_3728insta2

 

Publicités

La robe Ricci Michaels

Voilà une petite robe fourreau des années 50, de couleur crème aux sublimes motifs de roses brunes. La marque Ricci Michaels était basée dans le quartier de Mayfair à Londres et proposait des robes de qualité dans des étoffes luxueuses… Et c’est vrai que le tissu de cette robe est très doux et agréable à porter.

J’adore l’encolure carrée à ruchées, les manches 3/4  et bien sûr les teintes, très automnales.

J’ai déniché cette petite merveille dans la boutique Etsy de Sartorial Matters (et oui, encore !) et malheureusement je n’ai pas encore trouvé l’occasion de la porter (mais je compte y remédier au plus vite, peut-être lors d’une prochaine dédicace).

img_3467hdimg_3471hdimg_3496hd

Nothing gold can stay

Then leaf subsides to leaf,
So Eden sank to grief,
So dawn goes down to day
Nothing gold can stay.

Robert Frost

 

Voilà une petite robe d’automne, même si je sais que la saison est passée… D’ailleurs ce n’est pas ce détail qui va m’empêcher de la porter lors de mes prochaines dédicaces !

C’est une pièce des années 50, en velours brun avec une taille très haute et une jupe typique de l’époque et qui se déploie en corolle. J’adore le col bateau et les manches 3/4. Le motif est assez original, et il s’agit d’une impression sur tissu (comme pour certains t-shirts de nos jours), du coup il y a de légères craquelures, mais rien de tellement visible.

Elle est particulièrement confortable et je peux facilement bouger avec, tout en étant bien ajustée, ce qui flatte la silhouette de manière avantageuse.

Bref, je suis ravie d’avoir ajouté cette robe à ma collection (trop fournie). Et, je ne l’ai pas précisé, mais elle vient de la boutique Etsy de Sartorial Matters.

Photo : PDO photographie

IMG_1976

Leaves everywhere, fall’s in the air

Voici un petit manteau d’automne vintage.

Pourquoi un manteau d’automne ? Parce qu’il n’est pas très chaud, et comme je l’adore, j’espère quand même le porter le plus longtemps possible (vive les étoles, et les châles !).

Il s’agit d’un manteau datant des années 70 mais la coupe est d’inspiration années 50, avec un buste très ajusté (impossible de porter un gros pull chaud dessous) et le bas qui fait comme une jupe évasée. J’aime beaucoup le petit col claudine et les poignets, tous les deux en velours noir, tandis que le tissu principal est un tramage qui mélange fils noirs et fils blancs et qui, de loin, donne l’impression que l’habit est gris. Je l’ai trouvé dans ma boutique fétiche Sartorial Matters et je n’ai pas pu résister !

IMG_2857HDIMG_2874HD2

Look of the day

Voilà le look du jour (ou de la mâtinée, l’après-midi, il a fait si chaud que j’ai dû me changer ^^)

IMG_2608

  • Un pull datant des années 90 (Sartorial Matters – 17 euros)
  • Une jupe en laine des années 50 (Eliza Moonbeam – 13 euros)
  • Des bottines Naf Naf pas du tout vintage (Vinted – 10 euros)

J’aime beaucoup la forme de la jupe, près du corps au niveau des hanches et qui s’évase légèrement, et la longueur sous le genoux, ainsi que les petites croix beiges brodés sur le tissu. Ce duo beige/gris va en fait  très bien avec  ce petit pull acheté sur un coup de tête, par contre le lainage me semble un peu fragile, alors je ne porterai pas cette tenue tous les jours. J’ai d’ailleurs dû faire quelques menues réparations, ce sont des choses qui arrivent avec le vintage (et surtout du vintage à ce prix-là !)

La robe Laura Ashley

L’hiver dernier, j’ai acheté dans ma boutique préférée (Sartorial Matters, bien sûr !) cette magnifique robe des années 70 à l’allure très début de siècle. Il s’agit d’une robe Laura Ashley, marque très connue pour ses prairie dresses à l’instar de ma marque fétiche Gunne Sax.

il_fullxfull.1371056404_l3ez

Laura Mountney Ashley, née en 1925, crée son entreprise d’impression sur tissus en 1953 avec l’aide de son mari. Au début, ils ne produisent que des écharpes et du linge de cuisine et tout se fait à leur domicile. Quelques années plus tard, Laura se lance dans la fabrication de tabliers. Ce n’est qu’en 1966 que les premières robes Laura Ashley voient le jour. Celles-ci sont de style ancien et rural, et Laura utilise les tissus imprimés par sa propre compagnie, souvent des adaptations modernes de motifs plus anciens.

Durant les années 70, de nombreuses boutiques Laura Ashley s’ouvrent en Angleterre, puis en Europe et aux USA.

Dans les années 80, le style devient un peu plus mainstream mais la robe à fleurs reste la marque de fabrique de Laura Ashley.

Laura meurt en 1985, laissant derrière elle une centaine de boutiques. Dans les années 90, les magasins ouverts en Amérique ferment mais la marque continue de perdurer aux Royaumes-unis.

La famille de Laura a créé en 1987 la fondation Laura Ashley qui a pour but d’aider les personnes talentueuses à mener à bien leur projet.

Et pour en revenir à ma très belle robe… Peut-être vous demandez-vous pourquoi je n’ai pas fait de photos où je la porte ? Eh bien, en fait, j’ai fait toute une séance photos avec, et cela sera l’objet de mon prochain article 😉