Les robes de « Avant toi »

Avant toi, c’est l’adaptation d’un best-seller de Jojo Moyes, l’histoire d’une jeune femme embauchée pour veiller sur un jeune homme tétraplégique.

Dès les premières minutes du film, j’ai repéré les chaussures de Lou : des Irregular Choice ! Et la demoiselle en a 6 paires que nous verrons tout au long du film. Lou, c’est un perso un peu rigolo, à la fois joyeux et maladroit, et qui aime les vêtements… mais avec un goût particulier : pièces vintage (vive les années 80) et mélange bariolé détonnant.

me-before-you-red-polka-dot-shoes-heels-lou-emilia

louisa-green-print-heels

 

C’est Jill Taylor qui s’est occupée de la garde-robe, glanant des vêtements dans des boutiques vintage, sa propre garde-robe, et des grandes enseignes comme Primark ou H&M.

Alors une tenue de Lou, ça peut ressembler à ça… (désolée pour vos yeux)

28e11e9e00000578-0-image-m-3_1432106996417-552x1024

Veste H&M et sac River Island

 

Mais aussi à ça :

avanttoi_rouge

Une belle robe rétro d’inspiration années 50 cousue par l’équipe de Jill Taylor

 

lou-blue-floral-dress

Une autre robe rétro cousue par l’équipe de Taylor

tumblr_o4tq83ypqu1ulesryo1_1280

Une robe vintage, années 50 ou 60

me-before-you-movie-wallpaper-41

(pour la voir un peu mieux)

me-before-you-lou-yellow-dress-beach-vacation-emilia

Une autre robe vintage

emilia-clarke-me-before-you-red-dress-3489967

Une petite robe Primark, adorable et si rétro portée avec le haut à col Claudine

emilia-clarke-featured-image

Une jupe vintage (années 80 ?) avec un cardigan basique

Certains médias ont déclaré que les costumes du film étaient une « abomination », alors certes il y a des mélanges pas très heureux, mais d’autres (comme ceux présentés ici) qui sont très sympas ! Et vous vous en pensez quoi ?

(L’avis de mon mari : « j’ai eu envie de vomir tout le long du film)

Publicités

Les robes de Brooklyn

Dans Brooklyn, nous suivons les aventures d’une jeune Irlandaise, Eilis,  venue aux USA pour trouver un emploi durant les années 50. Je n’en dirai pas plus sur l’histoire, le propos de cet article étant le travail sur les costumes. C’est Odile Dicks-Mireaux qui s’en est occupée et pour cela, elle a fait du shopping à Montréal et à Londres. En effet, toutes les tenues sont réellement d’époque. On  trouve donc beaucoup de petites robes inspirées du New Look (voir mon article sur le sujet).

Brooklyn1

Odile a fait en sorte que le personnage ait une garde-robe réaliste. Les vêtements qu’elle a en Irlande, ne sont pas les mêmes que ceux qu’elle pourra ensuite acheter en Amérique, car le pays a été durement touché par la guerre. Par la suite, même si elle peut se permettre de porter des robes plus jolies, le nombre d’habits reste réduit et c’est toujours les mêmes toilettes qui reviennent durant le film.

teaserbox_946209047

Au début, elle se contente de robes peu colorées (comme cette robe marron à pois) et de son manteau vert. Le climat de New York étant plus rude, elle va en acquérir un autre, de couleur rouge. Les robes qu’elle va porter se feront plus colorées et plus gaies. Odile a souhaité mettre en avant son émancipation et sa nouvelle confiance en soi. Des accessoires font leur apparition, comme des lunettes de soleil style papillon et un maillot de bain.

111815-brooklyn-movie-lead

maxresdefault

Odile s’est inspirée du look de Grace Kelly, simple et naturel, mais également de ses photos de famille et des clichés de rue de Vivian Maier. La robe jaune a été choisie, car elle lui rappelait celle de sa propre mère. Quant à la rose, je n’ai pas lu d’anecdote, mais je la trouve adorable !

743bfab09187e06f7ebc509ef52e57a7 20e0695b03cb77189d31cb164caa9126

Outre des robes, Eilis porte beaucoup de tenues jupe-blouse-cardigan. Au début du film, elle a de gros cardigans tricotés à la main, puis arbore des gilets plus près du corps et en maille stretch. J’aime beaucoup la jupe qu’elle porte lors de ses vacances en bord de mer. Elle la mettra ensuite lors de la scène finale sur la demande spéciale de l’actrice (qui donc aimait elle aussi beaucoup cette jupe !).

5bc34b38c1f60deeee76ec7139f4bc21

Petits soucis du détail, Eilis porte généralement des souliers plats ou à petits talons, car c’est plus pratique et va également changer son style de sous-vêtements. On le voit à la forme de la poitrine plus en pointe vers la fin du film alors qu’au début, ses formes sont davantage « fin des années 40 ».

Finalement, le choix d’Odile d’acheter des vêtements vintage plutôt que de créer les costumes comme elle a  l’habitude de faire a été dicté par des nécessités budgétaires, et je trouve que cela donne une touche d’autant plus authentique. Car même si les reproductions peuvent être très belles, j’ai tendance à penser qu’elles manquent un peu d’âme.

Et vous, avez-vous vu Brooklyn ? Qu’avez-vous pensé des costumes ?

ronan-4-xlarge

Les robes de Penny Dreadful

Penny Dreadful est une série qui se passe en Angleterre en 1891 (cf. la tombe dans l’épisode 1 de la saison 2). L’histoire mélange plusieurs classiques de la littérature comme Dracula, Frankenstein ou le portrait de Dorian Gray… robes victoriennes et ambiances gothiques sont donc au rendez-vous pour notre plus grand plaisir !
C’est Gabriella Pescucci qui s’est occupée des costumes. Celle-ci a déjà 40 ans d’expérience et a travaillé avec de grands réalisateurs comme Federico Fellini, Terry Gilliam et Tim Burton.
Outre le côté historique, Gabriella s’est intéressée à la psychologie des personnages pour créer sa garde-robe (je me concentrerai uniquement sur le personnage principal, Vanessa Ives, dans cet article.)

pennyd

Il y a d’abord la classique évolution de le robe claire et lumineuse pour symboliser l’innocence (dans les premiers épisodes), vers la robe noire ou bleu sombre quand elle est possédée puis traquée par des sorcières. Ces tenues évoquent souvent les vêtements de deuil victoriens, mais il ne faut pas oublier que Vanessa a perdu sa meilleure amie.
Gabriella s’est aussi beaucoup inspirée des tableaux impressionnistes. Elle a choisi ses références, toujours en lien avec le vécu du personnage – rien n’est laissé au hasard !

Par exemple :

Pierre Auguste-Renoir, « La Loge, » 1874
Le peintre s’intéresse aux spectateurs, pour qui le théâtre est une scène mettant à jour les relations et les histoires de classes sociales. Gabriella met cela en parallèle avec les différents personnages de la série et les relations qui se créent entre eux (allant de Lily la prostituée malade à Vanessa la jeune fille de bonne famille.)

pennyd1

Berthe Morisot, « Femme à sa Toilette, » 1875
Un portrait où le visage est caché, et cela malgré la présence d’un miroir… comme Vanessa qui sait cacher son vrai visage et s’adapter aux situations pour obtenir ce qu’elle veut.

pennyd2

Pierre Auguste-Renoir, « Femme au Chemisier de Dentelle, » 1869
Bien que la robe couvre tout le buste et les bras, la transparence de la dentelle laisse entrevoir une certaine sensualité qui sied assez bien à Vanessa. C’est d’ailleurs ce type de robe qui sera le plus porté tout au long des épisodes.

pennyd3

Gabriella s’est aussi beaucoup inspirée des illustrations de Gustave Doré sur Londres alors en pleine révolution industrielle. Elle a transposé l’aspect mécanique et industriel de la ville à ses motifs de dentelles, notamment ceux qui ornent les cols des robes de Vanessa.

Au-delà de la simple authenticité historique, nous avons donc là un véritable effort d’originalité et de créativité dans la conception de ces costumes. Je pense que je regarderai les prochains épisodes avec un œil neuf…

 

 

Les robes de Crimson Peak

Voici une nouvelle rubrique centrée sur les costumes dans les films et les séries. Pour l’inaugurer, j’ai choisi Crimson Peak. J’ai adoré l’esthétique sombre et mystérieuse de ce conte, bel hommage à la littérature gothique du XIXe siècle. Bien sûr, j’ai également beaucoup aimé les robes…

crimson_edith

L’histoire se passe en 1887. Les costumes sont donc représentatifs de l’ère victorienne : les corsets qui servent de sous-vêtements et rétrécissent la taille descendent bas sur les hanches, les jupes drapées peuvent prendre des allures de traines. Ombrelles et chapeaux sont les accessoires indispensables des ladies.
Les manches bouffantes d’Edith sont plus représentatives des années 1890, petite erreur ou anachronisme voulu, le personnage étant censé représenter le futur et le modernisme ?

Crimson Peak

C’est Kate Hawley qui s’est occupée des costumes et l’étude préparatoire ne s’est pas arrêtée aux aspects historiques. Les robes sont conçues pour refléter la personnalité de chacune et faire partie intégrante de l’atmosphère du film. Lucille arbore des robes sombres – bleu, noir, bordeaux, tandis qu’Edith porte des couleurs chaudes comme le jaune et l’or. Au fil de l’histoire, ses teintes s’affadiront pour aboutir à la scène ultime où elle porte une chemise de nuit blanche. La scène dans l’escalier n’est pas due au hasard. Ses épaules sont recouvertes d’un habit qui peut faire office de robe de chambre, avec de grosses manches jaunes et vertes, symbolisant les ailes d’un papillon prêt à s’envoler pour retrouver sa liberté.

crimson3

Chaque détail des robes a été pensé, puis cousu main. Ainsi le dos de la robe bordeaux évoque une colonne vertébrale, évoquant son lien ancestral au manoir. Les tenues de Lucille sont rehaussées de feuilles de vigne – la seule végétation poussant à Crimson Peak, envahissant la demeure- tandis que celles d’Edith s’embellissent de fleurs épanouies.

Crimson Peak

Si vous aimez les détails creepy, sachez que la ceinture d’Edith est faite avec les cheveux de sa mère morte, et comporte une boucle avec des mains représentant les mains de sa mère. Les artisans se sont servis de vrais cheveux et des anciennes méthodes victoriennes. Ces mourning jewelries étaient, à l’époque, très répandus et étaient un moyen de se souvenirs des disparus. On retrouve donc des cheveux dans des broches, des bagues, ou encore comme cordon de montre de gousset.

crimson-peak-costume-design

Je dois dire que tous ces détails me donnent envie de revoir le film, et de me concentrer, non pas sur le scénario, mais sur toutes ces petites choses qui passent facilement inaperçues et qui font pourtant – au moins en partie- l’âme du film… Et vous, que pensez-vous des costumes de Crimson Peak ?

cp1